syriuse71
Profile

Blog de syriuse71

Antimondialisation anti ordre mondiale Télép...

    DES RELIGIONS DIFFERENTES DES COULEURS DIFFERENTES DES LANGUAGES DIFFERENTS MAIS UNE SEUL QUI NOUS RASSEMBLES TOUS NOTRE RACE (HUMAIN) (07/11/2017)

  • 1475 visits
  • 6027 articles
  • 3700 hearts
  • 671 comments

Poursuivre l’UE en justice pour protéger notre avenir / Pourquoi est-ce important ? 14/08/2018

Poursuivre l’UE en justice pour protéger notre avenir
Pourquoi est-ce important ? Mise à jour : Lundi 13 août 2018 le Tribunal de l’UE a accepté d’examiner le recours. C’est un premier pas très important dans la procédure judiciaire People’s Climate Case. Le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne doivent répliquer dans les deux mois [1]. Le changement climatique n’est pas l’affaire d’un futur lointain. Pour certains d’entre nous, il est déjà bien réel. Une famille en Allemagne craint de perdre le fruit du travail de quatre générations à cause de l’augmentation du niveau de la mer. Les sécheresses sévères ont coûté près de la moitié de la récolte d’un couple âgé en France. Une famille d’apiculteurs au Portugal tente désespérément de sauver ce qui la fait vivre, mais les vagues de chaleur continuent de tuer ses abeilles. Ils partagent tous la même peur. « J’aimerais que mes enfants aient un avenir ici, sur cette terre où nous vivons , la terre de nos ancêtres. Je ne veux pas qu’ils partent, comme je l’ai fait, à l’étranger pour chercher du travail » s’inquiète Petru Vlad, un berger originaire de Roumanie. Aujourd’hui, des familles venant de toute l’Europe et au-delà, dont de jeunes enfants, et la jeunesse Sami de Suède, dont les moyens de subsistance sont menacés par le changement climatique, font quelque chose d’inédit. Ils poursuivent les législateurs européens en justice, dans un procès historique [2]. Les familles qui intentent un procès à l’UE viennent d’Allemagne, du Portugal, de France, de Roumanie, d’Italie, de Suède et d’au-delà de l’Europe. Toutes risquent de perdre leur moyen de subsistance traditionnel à cause du changement climatique. Les familles le savent : à moins d’agir sérieusement pour combattre le changement climatique, les effets que nous subissons déjà ne sont qu’un début. La science nous dit que le pire peut être évité [3]. Mais la seule façon de garantir à nos enfants un avenir protégé des effets catastrophiques du changement climatique est d’adopter des lois fortes et ambitieuses. Devant le Tribunal européen, les familles accusent le Parlement et le Conseil de l'Union européenne de ne pas adopter de lois efficaces pour combattre le changement climatique. Elles veulent que les institutions européennes reconnaissent le changement climatique comme une réelle menace et agissent urgemment pour protéger nos droits fondamentaux et ceux des générations futures. Jusqu’à présent, les législateurs européens – le Parlement et le Conseil de l'UE – n’ont pas mis en place de lois significatives pour obliger les Etats à agir efficacement contre le changement climatique. Les objectifs de réduction d’émission de l’UE sont beaucoup trop bas par rapport à l’urgence du problème. L’action en justice de ces familles met en lumière la dure réalité : le changement climatique n’est plus une affaire diplomatique ou économique. Les droits fondamentaux des gens à la vie, la santé et la propriété sont déjà menacés. Un long combat les attend, mais leurs histoires ont le pouvoir de changer le cours des choses. Pour qu’elles restent fortes dans leur combat pour l’avenir, ces familles ont besoin de notre soutien. C’est sûrement facile pour les législateurs européens d’ignorer une poignée de familles, mais nous pouvons faire en sorte qu’ils ne puissent pas ignorer des dizaines de milliers d’entre nous symboliquement derrière elles. Nos mots de solidarité montreront aux plaignants et aux législateurs qu’ils ne sont pas seuls. Regardez cette courte vidéo en anglais pour en savoir plus sur les familles requérantes : [1] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/… Affaire T-330/18: Recours introduit le 23 mai 2018 — Carvalho e.a./Parlement et Conseil [2] People’s Climate Case [en anglais] https://peoplesclimatecase.caneurope.org/documents/ [3] Climate Impacts in Europe Under +1.5°C Global Warming [en anglais] https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/…/10.1…/2017EF000710 https://www.eea.europa.eu/…/le-changement-climatique-presen… En partenariat avec : La photo en haut de page montre Ildebrando et ses ruches. L'image est libre de droit. Vous signez en tant que mathieu le poultier Ce n'est pas vous ? Cliquez ici Il semblerait que vous ayez déjà signé cette pétition. Cependant, vous pouvez faire plus. Cliquez sur le bouton suivant pour passer à l'étape suivante. En cliquant sur « Signer », vous soutenez la campagne et acceptez que WEMove.EU utilise vos données personnelles pour la campagne. Vous recevrez un email pour confirmer ou non votre inscription à nos emails de campagne. Lorsque nous remettons la pétition signée à son destinataire, nous donnons uniquement vos nom, prénom et pays. Nous supprimerons vos données personnelles une fois la campagne terminée sauf si vous vous inscrivez pour recevoir des informations personnalisées. Nous ne transmettrons jamais vos données personnelles à des tiers sans votre accord. Voir l’intégralité de notre politique de confidentialité ici. 112.931 sur 150.000 signatures Commentaires récents Pour accélerer la prise de conscience de notre lien direct avec la Terre sans laquelle la vie n'existe pas Florence https://act.wemove.eu/camp…/proces-ue-changement-climatique…
act.wemove.eu

Viaduc écroulé à Gênes : les principales réactions politiques françaises 14/08/2018

Viaduc écroulé à Gênes : les principales réactions politiques françaises
Voici les premières réactions politiques françaises sur Twitter après l'effondrement d'un viaduc routier, mardi, à Gênes, qui a fait au moins vingt-deux morts.
www.challenges.fr

Le FBI met en garde contre une attaque par piratage imminente sur des distributeurs automatiques dans le monde entier 14/08/2018

FBI warns of imminent hack attack on ATM machines worldwide
Selon une alerte confidentielle du Federal Bureau of Investigation des États-Unis, les guichets automatiques bancaires du monde entier risquent d’être victimes d’une cyberattaque "imminente", des millions de dollars devant disparaître des comptes. L'avertissement lancé par le FBI aux banques internationales vendredi a révélé que les cybercriminels prévoyaient une attaque massive de logiciels malveillants sur les distributeurs de billets dans le monde entier au cours des prochains jours.
www.rt.com

Les aliens gris et la moisson des âmes après la mort | Humans Are Free 14/08/2018

Grey Aliens and the Harvest of Souls After Death | Humans Are Free
Les aliens gris et la moisson des âmes après la mort Un regard sur le bleu du ciel chaque jour sur notre planète comblera la plupart des gens avec un sentiment de réconfort et de chaleur. Oui, les nuages ​​entrent et les tempêtes vont arriver. L'idylle peut changer en quelques secondes en une masse de menace sombre dans un moment qui peut balayer les villes et vivre dans un laps de temps relativement court. Mais tout ce que vous voyez là-haut est insignifiant face aux formes géométriques silencieuses, rien à voir avec la pluie, qui apparaît soudainement de nulle part et disparaît tout aussi rapidement. Des disques, des cylindres, des triangles et des orbes de lumière, certains aussi grands que des villes, se balancent et dansent, se déplaçant à des milliers de kilomètres à l’heure, jetant des questions au témoin humain. http://humansarefree.com/2018/07/grey-aliens-and-harvesting-of-souls.html
humansarefree.com

La charte de l’impérialisme: Voici le document exclusif élaboré à Washington en pleine traite négrière et négocié à la conférence de Berlin en 1885 | http://mediaafrik.com 14/08/2018

La charte de l’impérialisme: Voici le document exclusif élaboré à Washington en pleine traite négrière et négocié à la conférence de Berlin en 1885
La présente « charte » a été élaborée à Washington pendant la « traite négrière », ensuite discrètement négociée à la « conférence de Berlin en 1885 » pendant que les puissances Occidentales se par...
mediaafrik.com


La présente « charte » a été élaborée à Washington pendant la « traite négrière », ensuite discrètement négociée à la « conférence de Berlin en 1885 » pendant que les puissances Occidentales se partageaient l'Afrique ; renégocié secrètement à Yalta au moment du partage du monde en deux blocs après la deuxième guerre mondiale et pendant la création de la « Société des Nations », l'ancêtre de l'« ONU ». Source : « Musée de Tervuren [*]

I. DISPOSITION GÉNÉRALE

Article 1° :
De la Devise : – Devise  de  l'impérialisme : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d'elles les plus puissantes du monde.

Article 2° :
Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.

Article 3° :
Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l'exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s'en attribuer l'exercice.

Via Skyrock Android

Adjani et les Versets sataniques, 20 ans après Par Isabelle Adjani, publié le 25/09/2009 14/08/2018

Adjani et les Versets sataniques, 20 ans après
Par Isabelle Adjani, publié le 25/09/2009

Adjani et les Versets sataniques, 20 ans après
Par Isabelle Adjani, publié le 25/09/2009

Adjani et les Versets sataniques, 20 ans après
Par Isabelle Adjani, publié le 25/09/2009

Isabelle Adjani a écrit un texte inédit pour la revue La Règle du jeu que LEXPRESS.fr publie. Elle y raconte comment elle décida de lire un extrait des Versets sataniques en recevant son césar 1989 de la meilleure actrice. Un moment qui a fait date.


A l'occasion du lancement de sa nouvelle formule, le 1er octobre, La Règle du jeu, publication dirigée par Bernard Henri Lévy, consacre l'essentiel de ses pages au vingtième anniversaire de la fatwa édictée par l'ayatollah Khomeini contre Salman Rushdie et son livre Les Versets sataniques. La Franco-Iranienne Marjane Satrapi a dessiné la couverture de cette édition spéciale, dans laquelle Isabelle Adjani revient sur la cérémonie des Césars de 1989. La comédienne avait lu un extrait des Versets en recevant sa récompense pour le film Camille Claudel, réalisé par Bruno Nuytten: "La volonté, avait-elle lu, c'est de ne pas être d'accord, ne pas se soumettre, s'opposer." Vingt ans après, avec ses mots d'artiste éloignée de la géopolitique, elle se remémore son état d'esprit d'alors, dans un texte que LEXPRESS.fr pu-blie en avant-première et qui sera reproduit dans La Règle du jeu.

Christophe Barbier
Les contre-versets
C'était l'année du bicentenaire de la Révolution française, c'était l'année de Camille Claudel, c'était l'année des Versets sataniques...

Je venais d'interpréter une artiste extrémiste, l'art à n'en plus dormir, l'art à en devenir folle, l'art à en mourir, et l'extrémisme frappait un artiste vivant en le condamnant à mort. Fatwa !


Ce n'était pas la première fois que j'entendais ce mot, mais c'était la première fois que j'en saisissais toute l'horreur, tout l'inacceptable : par ce cri "à tuer", tous les musulmans du monde étaient incités à la haine envers l'auteur des Versets sataniques, à mettre à mort Salman Rushdie.

Cette même année, l'émergence du Front islamique du salut (FIS) projetait l'ombre de la guerre civile et du terrorisme sur le territoire algérien.



Cette fatwa, après la prise d'otages de l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran en 1979, redonnait un visage effrayant à l'affrontement entre l'Occident et l'islamisme, un intégrisme, un extrémisme qui n'avait déjà plus rien à voir avec l'islam.

Dans ce contexte, l'affaire Salman Rushdie, au pays de Voltaire, devait prendre au moins l'ampleur de l'affaire Calas [NDLR : erreur judiciaire commise par le parlement de Toulouse en 1762 et rendue célèbre par l'intervention du philosophe] : une république laïque ne peut que refuser qu'une victime expiatoire soit offerte à la vindicte populaire pour des raisons religieuses, mais elle doit aussi se battre pour qu'un artiste puisse exprimer ses idées, et ce même si elle ne les partage pas.

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire." (Voltaire)

"Ils n'aiment que ce qu'ils connaissent déjà." (Boris Vian)

Camille Claudel m'avait aidée à rester en vie lorsqu'on m'a voulue mourante et même morte (histoire de la "rumeur"). N'était-il pas la moindre des choses de ma part qu'en tant qu'artiste moi-même j'envoie un message de vie vers celui qu'on ne voulait plus voir en vie?

Manifestation anti-Rushdie au Pakistan, en 2007.
Je crois que tout cela a traversé mon esprit, pas forcément dans cet ordre, mais c'est dans cet état d'esprit que j'étais à l'approche de la cérémonie des Césars. J'étais de plus dans un état de chamboulement émotionnel qui me rendait particulièrement sensible à toutes ces questions. Et, comme toujours dans ces moments particuliers, le sentiment d'urgence semble prendre le pas sur la raison: un impératif catégorique se manifeste, il faut lui obéir, il faut agir.

Quand j'ai pris la décision de faire quelque chose, je l'ai prise en innocence de cause: je ne savais pas que j'allais être gratifiée d'un nouveau césar, mais jamais je ne l'avais si fortement et si intimement voulu, pour des raisons artistiques et pour des raisons... politiques. Artistiques parce que j'étais convaincue de la dimension de mon implication dans le rôle de Camille Claudel, politiques parce qu'il me fallait bien cette tribune, cette exposition, pour donner tout son poids à ma décision.

Cela peut prêter à rire ou à sourire, mais j'avoue qu'à la veille de la cérémonie, alors que je griffonnais quelques phrases et recopiais quelques citations, je tremblais comme une élève qui doit passer un grand oral: il ne faut pas douter du fait que l'on va monter sur l'estrade alors qu'on doute totalement de ce que l'on va dire, de ce que l'on doit dire, puisqu'on ne doit pas le dire.

Eh non ! la nuit ne porte pas conseil, et le jour J, alors que je me faisais belle en avalant un comprimé bêtabloquant -c'est ainsi que l'on dit dans les romans- et que les sautoirs de perles s'amoncelaient autour de mon cou, sur cette robe orientalisante trouvée au musée Saint Laurent, ce fut... le trou noir ! Dans la voiture, mon encéphalogramme était plat, ma main droite quasi inerte retenait à grand-peine mon antisèche du bout des doigts.

Arrivée... Des lumières, des photographes, un tapis rouge : "Isabelle, Isabelle!", "Isabelle, Isabelle!", "Par ici, Isabelle!"... La machine est en marche, il faut la suivre, il faut sourire et puis suivre tout un protocole qui vous conduit à votre place, une bonne place quand vous êtes nominée et habituée des lieux. Dans la salle, je suis placée à côté de Simone Veil: je suis intimidée par cette grande dame, le courage et la beauté, la rescapée, la combattante, la militante... Le doute revient vite en présence d'une telle figure: moi, Isabelle Adjani, algérienne, allemande et française, comédienne, actrice et... quoi? Je n'étais pas si reconnue que ça pour mes engagements, et j'avais très peur de faire l'expérience du... naufrage du feu.

Mais je voulais que ce soir les applaudissements pour Camille et Isabelle soient des applaudissements pour Salman. J'étais tremblante, on peut le voir sur l'enregistrement, mais je suis allée jusqu'au bout de ce que je voulais faire, et j'étais loin de me douter, une fois l'appel lancé, de l'impact qu'auraient quelques paroles et deux citations.

Il y a eu, quelques minutes après ma prestation, un "bravo !" chuchoté par Simone Veil lorsque je me suis rassise à côté d'elle... Je n'oublierai jamais... Il y a eu un battage médiatique tellement important qu'il a, comme la fatwa, traversé les mers et les océans, ça non plus je ne l'oublierai jamais...

C'est en lisant plusieurs articles dans la presse anglaise sur cette prise de position lors de la cérémonie des Césars que Daniel Day-Lewis a cherché à me rencontrer, à me connaître... Coup de foudre... C'est de cette grande histoire d'amour qu'est né notre fils, Gabriel-Kane.

J'aime finir cette humble contribution par cette note d'espoir, une naissance contre une condamnation à mort... Merci Salman.

La fatwa plane toujours au-dessus de la tête de Salman Rushdie, et d'autres fatwas, religieuses ou politiques, menacent la vie de nombreux écrivains dans le monde. Mais avec Les Versets sataniques nous a été confié qu'aucun texte n'est sacré ; ce qui est sacré, c'est l'homme, c'est moi, c'est vous, c'est Salman Rushdie, c'est nous, c'est notre liberté.

Pour apprendre le respect des mots, le respect de la lettre et de l'esprit, il faut commencer par les aimer, non? Alors, non, non et non à la pédagogie de la terreur, oui, oui et encore oui à la pédagogie de l'amour, à devenir tous les jours un peu plus philosophe et à trouver dans de grands textes, le Coran... la Torah... et la Bible... d'infinies sources d'inspiration pour rester libres, pour créer et pour aimer...

Via Skyrock Android

Satan ou Lucifer deux noms indissociables 14/08/2018

Satan ou Lucifer deux noms indissociables

Satan ou Lucifer deux noms indissociables

Satan ou Lucifer deux noms indissociables

Satan ou Lucifer deux noms indissociables

LUCIFER ET SATAN, DEUX NOMS INDISSOCIABLES



Toutes les religions, tous les peuples, toutes les croyances parlent de Lucifer ou de Satan. D'ailleurs, au fil des croyances et des époques, Satan revêt plusieurs noms, dont  le Diable, l'Antique Serpent, Grand Dragon ou encore Père du mensonge tandis que Lucifer est le porteur de la lumière. Qu'ont-ils en commun ?

 

 

 

Lucifer ou Satan ?

 

Représentation de Lucifer

 media_1_C

Lucifer est un nom propre qui signifie « Porteur de Lumière ». À l'origine, c'était le nom que les Romains donnaient à l'étoile du matin, autrement dit Venus. C'est aussi un personnage de la mythologie grecque et romaine, dieu de la connaissance et de la Lumière.

Dans la tradition chrétienne, Lucifer était le plus beau des anges, le premier des anges créé par Dieu. Chef de la milice céleste, il détenait la connaissance et la Lumière. Mais c'est lui qui se révolta contre son Créateur qui, pour le punir, le chassa du paradis. Il échoua en enfer entraînant dans sa chute tous les anges qui avaient combattu avec lui. C'est ainsi qu'il prit le nom de Satan, qui signifie, en hébreu, l'adversaire. En effet, le terme de satan n'est pas un nom propre, mais bien un nom commun qui désigne un adversaire ou celui qui s'oppose.

Donc Lucifer et Satan seraient une seule et unique entité. D'abord ange donc Lucifer, puis ange déchudevenant Satan. C'est sa chute qui lui fit perdre son nom premier. Lucifer est donc le nom angélique de Satan ou encore Satan est le nom démoniaque de Lucifer.

Par contre, ce qui est étonnant, c'est que l'on trouve dans les différents écrits littéraires ou bibliques différentes occurrences du nom Satan. Il est appelé tour à tour Léviathan, Asmodée, Grand Séducteur, Roi des Ténèbres, Baalbérith, le Serpent, le Tentateur, le Malin, le Maître des Enfers, le Diable, Bélial, Belzébuth... Mais le nom de Lucifer n'existe pas dans les Saintes Écritures. Serait-ce encore un tour de passe-passe du Malin pour semer le trouble et la confusion ?

 

 

Satan dans le dogme catholique

 

Représentation de Satan

 media_2_C

Satan est l'adversaire de Dieu, celui qui s'est rebellé contre lui. C'est lui qui a tenté David et l'a incité à dénombrer les enfants d'Israël. C'est lui qui tenta Ève, à l'aide de Lilith, dans le jardin d'Eden. Dans le Nouveau Testament, c'est encore lui qui tente Jésus-Christ lorsqu'il jeûne pendant 40 jours dans le désert et qui prend possession de Judas Iscariote pour le pousser à trahir Jésus.

Dans la religion catholique, Satan est le Mal Absolu, celui qui le premier s'est révolté contre Dieu, perdant ainsi son rang d'ange. Il devient alors un ange démoniaque, hirsute. Ses cheveux sont des serpents. Il porte les marques de la foudre divine qu'il dissimule sous ses ailes noires. Satan règne sur les Ténèbres et les Enfers. Il tient un rouleau de parchemin dans une main et dans l'autre une plume de fer avec laquelle il écrit son plan pour évincer Dieu.

D'ailleurs, Satan n'a qu'un but, celui de prendre le commandement du paradis. Pour cela, il détourne l'homme de son Créateur en usant et en abusant de son pouvoir ordinaire qui est la tentation. Ainsi, il fait commettre des péchés. Mais Satan détient la connaissance, il est rusé et menteur. Il détient l'art de manipuler.

Son influence peut très vite devenir malsaine, surtout si l'homme se laisse aller à l'orgueil, à l'égoïsme et est avide de pouvoir. Satan possède la faculté de changer d'apparence pour mieux séduire. Habituellement, il est représenté sous forme d'un monstre, mi-homme mi-bouc.

Dans la plupart des religions et des dogmes, Satanreprésente la perversion et le mauvais chez l'homme. Il serait aussi le symbole de l'exaltation imaginative qui pousse l'homme à faire du mal ou à se faire du mal et à effectuer des actes qui peuvent le conduire à sa perte. Il ne faut pas oublier qu'il déteste l'homme et qu'il ne peut atteindre Dieu qu'à travers lui.

Satan peut-être chassé par Jésus-Christ qu'il craint. En effet, Jésus, par son sacrifice sur la Croix, l'a battu. De plus, Jésus a su résister à la tentation.

Satan est le premier démon antagoniste de Dieu. Il est traditionnellement associé à Belzébuth ou Baal-Zébuth ou encore le dieu Baal dans les Évangiles et à Méphistophélès au Moyen Âge, alors que ce sont des personnages distincts, des anges déchus qui ont suivi Satan dans sa chute.

 

 

Quelques petites coïncidences et le chiffre 666

 

media_3_C

 

Parlons d'abord du chiffre 666. Pourquoi ce chiffre représente-t-il la bête ? Aux États-Unis, par exemple, le chiffre 666 inscrit sur un simple CD peut suffire à le faire interdire de la vente. Eh oui, le chiffre 666 fait peur. D'ailleurs, la phobie de ce chiffre porte un nom, l'hexakosioihexekontahexaphobie. Pour comprendre d'où vient ce chiffre, il faut remonter à la Bible et plus précisément à l'Apocalypse selon saint Jean. Au chapitre 13 verset 18 il est écrit : « Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'hommes, et son nombre est six cent soixante-six. »

Ce qui n'est pas précisé dans la Bible, c'est que ce chiffre est la somme des valeurs numériques liées aux lettres. La langue de Jésus était l'araméen, mais la Bible a été rédigée en grec, avec quelques formes syntaxiques empruntées de l'hébreu. Et chaque lettre, grecque ou hébraïque, a une valeur numérique, dont le chiffre d'un nom est le total de ses lettres. Donc le chiffre de Satan est 666. C'est aussi le chiffre de César-Néron en grec.

De tout temps, les hommes sont fascinés et attirés par ces deux personnages Lucifer et Satan, qui n'en forment qu'un d'ailleurs. On retrouve Lucifer dans le prénom Lucie, sans pour autant que lui soit attribué une quelconque connotation négative. D'ailleurs, la fête de la Sainte-Lucie est le 13 décembre sur le calendrier romain. Ce jour, dans les anciens calendriers,  a été rapporté comme le jour de la nuit la plus longue. Maintenant, on sait que c'est au solstice d'hiver, mais avant ce n'était pas le cas.

D'ailleurs, à propos du 13 décembre, il faut savoir que l'élection de George W. Bush a été validée deux fois un 13 décembre, en 2000 et 2004. On pouvait croire ce personnage habité par Lucifer (donc Satan) tant ses propos étaient troublants. On l'a souvent entendu dire des phrases du genre « La lumière luit dans les ténèbres » ou « Cet espoir illumine encore notre route. » Des discours très illuministes vous ne trouvez pas ?

Parlons de la statue de la Liberté, cette immense statue qui a été offerte par les Français aux Américains et qui est le symbole d'un pays libre. En fait, la statue de la Liberté fait beaucoup penser aux influences lucifériennes, dans le sens où elle porte la lumière et que sa couronne est le symbole d'un rayonnement stellaire qui irradie sur les sept continents. Eh oui, Lucifer est partout.

Chez les Hollandais, le mot allumette se traduit par « lucifer » dans le sens où elle donne la lumière.

 

 

Satanisme ou Luciférisme ?

 

La Bible Satanique d'Anton LaVey
media_4_C
 

Le satanisme au sens théiste peut être considéré comme du « catholicisme inversé ». C'est un courant religieux dans lequel Satan est vénéré comme un dieu suprême ainsi que tous les anges déchus, donc les démons. Le sataniste croit en l'existence de Satanqu'il considère comme Lucifer, le Porteur de Lumière. Il l'honore, le vénère et pratique des rituels.

Le satanisme au sens théiste se distingue du satanisme Laveyen qui est avant tout une philosophie de vie. Il repose sur une croyance de l'ego et de l'individualisme dont le but est d'abord de croire en soi-même. Il a été créé par Anton Lavey, qui est d'ailleurs l'auteur de la « Bible Satanique » et fondateur de l'Église de Satan, qui prône la totale liberté des hommes de ne pas suivre les dogmes religieux et de ne vénérer aucune divinité. En fait, ici l'homme est son propre Dieu.

Le luciférisme est un courant littéraire encore mal connu et dont les contours restent flous, qui ne se base sur aucun texte de référence. Le personnage principal est Lucifer, un ange de lumière qui symbolise la connaissance. Ce courant prône la rébellion contre n'importe quelle forme d'autorité. Les lucifériens cherchent, avant tout, à s'affranchir de toutes les conventions sociales autant morales, religieuses ou même politiques.

Satan et Lucifer étant une même et unique entité, les satanistes et les lucifériens prient et honorent le « Prince de ce monde » comme l'appelait Jésus-Christ. Donc, ces deux courants sont tous deux dangereux. Et là je vois déjà les lucifériens crier au scandale ! Sauf, qu'il faut appeler un chat un chat et parfois remettre l'église au milieu du village. Je ne fais pas du politiquement correct, j'annonce ce que je croie être des vérités. N'en déplaise à certains...

 

Pour résumer, chacun honore, croit ou rejette Satan à sa manière. Certains le prennent pour un dieu, d'autres ont en peur. D'autres font appel à lui pour avoir la connaissance alors que certains rejettent son existence. Que l'on soit l'un ou l'autre, il faut tout de même se dire que le mal existe, à travers les guerres, les génocides, les meurtres, les déviances sexuelles, la cupidité... Est-ce l'œuvre de Satan ou de l'homme lui-même ? À vous de me répondre.

À prier : saint Michel, Padre Pio.

 

Marie d'Ange

 

Via Skyrock Android

Anonymous Fr // Les camps FEMA / Les puces RFID 13/08/2018

Play the video

CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS..... 13/08/2018

Play the video

LE GOUVERNEMENT MONDIAL ET LES REPTILIENS 13/08/2018

Play the video
'emprise des êtres du gouvernement mondial et l'action des reptiliens sur notre planète